Le VTTAE, c’est tout bénéf ‘ ?

Ce texte est issu d’un article paru dans VTT Magazine dans lequel nous avons répondu à plusieurs questions concernant le développement du vélo électrique.

Le VTT à assistance électrique connait un engouement croissant du public, qui voit en celui-ci de nombreux avantages. Pour autant, si l’assistance électrique laisse à penser à une démocratisation possible du VTT, il est important de prendre en considération les barrières qu’elle peut lui constituer.

MBF - VTTAE _ Lapierre Overvolt AM Damian McArthur Thursday

Crédit photo : Lapierre – Damian McArthur

Qu’est ce qui fait la force du VTTAE et son succès aujourd’hui ?

Il apparaît comme évident que l’assistance électrique sur un VTT permet de faire tomber les barrières de la difficulté physique de cette discipline sportive. Elle offre à un plus large public la possibilité d’effectuer des ballades, voire de plus longues randonnées.

Le VTT et le plaisir qu’il procure (contemplation de différents paysages lors d’une ballade par exemple) n’est donc plus réservé aux sportifs aguerris et attire dorénavant de nouveaux usagers qui, sans l’assistance, auraient eu crainte de s’essayer à la pratique, la considérant comme trop physique. Le VTTAE permet donc d’effacer les différences de capacités physiques entre les pratiquants, et ainsi à tous d’aller à un même rythme. Plus qu’une ouverture à un public plus large, l’assistance électrique est de fait un moyen pour le VTT de devenir une pratique se faisant en groupe, et moins individuellement.

Le VTTAE, par les avantages conférés par l’assistance électrique, constitue manifestement une opportunité de développement pour les acteurs du tourisme, notamment en zone de montagne, lors de la période estivale. Aussi, l’assistance électrique constitue pour les industriels du vélo une opportunité de multiplication des ventes de VTT en rendant la pratique accessible à un plus grand nombre.

Le VTTAE peut-il nuire à l’image du VTT ?

Pour nous, la réglementation édictée par AFNOR concernant le VTTAE (voir encart en bas de l’article), si elle est respectée, est adaptée à un VTT durable et responsable. En effet, nous considérons qu’une vitesse de 25 km/h ne constitue pas un risque accru d’érosion des sentiers, ni un danger pour les autres usagers de ceux-ci (VTT sans assistance, piétons, …).

Toutefois, il est important de veiller à l’évolution des pratiques et du matériel. Pour cela, chacun des acteurs du VTT (fédérations, industriels, …) doit sensibiliser les pratiquants. La part des fabricants sera importante en ce sens.

A termes, le risque serait, si la réglementation n’était pas respectée par les pratiquants, que la confusion entre VTTAE et moto électrique apparaisse, et ainsi nuise à la cohabitation sur les sentiers. C’est donc l’image du VTT dans son intégralité qui pourrait être mise à mal.

MBF - VTTAE_ Off-8-Moustache-2017-1 (1)

Crédit photo : Moustache Bikes

Le VTTAE est donc l’outil parfait pour le développement touristique d’une activité réputée trop dure jusqu’ici ?

Un autre point à ne pas sous estimer dans le développement du VTTAE est celui de la technicité. Si l’assistance permet d’abroger les barrières physiques, elle n’annihile en aucun cas la technique que requiert la pratique du VTT. Comme avec un VTT « classique », le pratiquant s’expose à un risque de chute ou à poursuivre sa progression à pied s’il s’engage sur un itinéraire non adapté à son niveau.

De surcroît, le poids du VTTAE, plus important qu’un VTT classique, pourrait constituer une difficulté supplémentaire au franchissement d’obstacles naturels en zones de portage/poussage. En descente sur le vélo, le poids de la batterie ne gêne pas à l’équilibre du vététiste, elle contribue même améliorer sa stabilité. En somme, que le pratiquant en VTTAE mette pied-à-terre ou qu’il chute du fait de son manque de technicité par rapport au profil de descente, la satisfaction escomptée par les acteurs du tourisme auprès du pratiquant ne serait pas au rendez-vous.

Il paraît donc important que ces acteurs mettent en place des prestations permettant à chacun de s’orienter vers des itinéraires correspondant à leur niveau. De fait, nous préconisons pour un développement touristique de travailler en collaboration avec les professionnels de l’aménagement pour proposer des itinéraires de difficultés variables sans dénaturer les sites, et de collaborer avec les Moniteurs afin de proposer au plus grand public des sorties encadrées.

MBF - VTTAE _Manu Molle Photoshoot Overvolt Carbon AM MY17

Crédit photo : Lapierre – Manu Molle

L’avenir du VTTAE, quel est-il ?

Si la règlementation en vigueur est respectée, nous sommes donc plutôt optimistes quant au développement du VTTAE. De même que la règlementation, la prise en compte des problèmes de sécurité inhérents à la pratique du VTTAE sera fondamentale pour que le VTTAE puisse développer de manière Durable et Responsable. Parallèlement, si massification de la pratique globale du VTT il y avait par ce biais, les actions que mènent MBF serait encore à démultiplier (déjà quelles le sont !) : entretien de sentier, sensibilisation, conciliation. La pratique est possible, mais avec des pratiquants responsables.

MBF - VTTAE_ Off-8-Moustache-2017-1 (3)

Crédit photo : Moustache Bikes

Quelle réglementation pour le VTTAE ?

La norme Européenne AFNOR NF EN 15194 de Janvier 2012 est précise : les cycles à assistance électrique doivent être dotés d’une puissance nominale continue maximale de 0,25 kW. L’alimentation est réduite progressivement, et finalement interrompue lorsque le véhicule atteint une vitesse de 25 km/h, ou si le cycliste arrête de pédaler. Dès lors que ces valeurs sont dépassées, le véhicule est considéré comme un cyclo-moteur.

Etude de l’IMBA :

Notre partenaire IMBA aux Etats-Unis a réalisé une étude sur les impacts causés par les VTTAE :

Le rapport complet de l’étude

Il est important de signaler qu’aux états unis (lieu de l’enquête) les VTTAE ne sont pas soumis aux mêmes normes que chez nous. En effet, contrairement à l’Europe où les VTTAE doivent être dotés d’une puissance maximum de 250 W (voir encart ci-dessus), aux Etats Unis les VTTAE sont limités à une puissance de 750 W et 32 km/h.

En savoir plus :

Etude de l’IMBA

Le rapport complet de l’étude

  • Faites tourner l'info !
  • Philippe Collart

    Très bon article qui permet de mieux accepter cette nouvelle génération de VTT tant que les constructeurs se limiteront aux 250 W et 25km/h
    Néanmoins mes craintes sont celles d’une augmentation de la fréquentation de nos sentiers et forêts qui pourrait devenir peut-être une source de souci dans les régions plus concentrées comparées à celles des grands espaces verts comme vous le souligner super bien

  • Pierre Francois

    En Europe, la Puissance maximale n’est pas limitée. La législation parle de puissance nominale qui ne peut dépasser 250W. La Puissance Nominale n’est pas une unité physique mais bien un concept issu de l’industrie. La puissance nominale est une puissance garantie en service continu (défini sous certaines conditions). La puissance Nominale est en quelque sorte une puissance minimale garantie… Je l’ai déjà écrit ailleurs: …le législateur a inventé le concept très paradoxal de la puissance nominale maximale (puissance nominale qui ne peut excéder…). Cela revient à écrire, en exagérant un peu : « La Puissance Minimale Maximale » ce qui est de toute évidence un concept assez particulier, mais semble-t-il normal pour un technocrate ;). Le Bosch Performance CX qui équipe pas mal de VTTAE a une puissance maximale de 610W; le Brose (Spécialized Turbo Lévo) peut délivrer 530W… Je sais, je ne serai ni lu et encore moins compris, la justesse étant un sujet tabou pour les journalistes ;)

    • http://mbf-france.fr/ Mountain Bikers Foundation

      La puissance nominale = la puissance délivrée à l’équilibre thermodynamique du
      moteur. C’est la donnée qui caractérise le moteur. C’est celle de la norme et
      c’est un élément essentiel. Le pic de puissance, notamment maxi, est contraint par d’autres éléments. Il ne peut être obtenu que sur une durée limitée sous peine de surchauffe moteur…
      Dans tous les cas, la plupart des pratiquants n’utilisent pas la puissance maximale, mais roulent souvent avec une aide limité, correspondant plus à leur pratique…

      • Pierre Dumas

        C est pas toujours le cas ..quand on regarde les courbes par mode d’utilisation on s’aperçoit qu’un bon nombre de pilote se servent du TURBO en permanence …

    • Pierre Dumas

      D accord avec toi ..les moteurs délivrent au minimum 250 w de « puissance nominale continue » c’est ce qui est écrit noir sur blanc dans les documents officilles des constructeurs … ( à ne pas confondre non plus avec l’unité de la batterie qui s’exprime elle en watt/heure) …Mais au démarrage quand il faut lancer 100 kg de masse (velo 25 kg + pilote 75 kg ) , ils envoient environ 500 W sinon il faudrait 100 mètres pour se lancer . C’est donc là ou l’électronique intervient en répartissant les watts en fonction du moment ( vélo lancé ou vélo au démarrage) et en appliquant ce que demande le pilote via son commodo d’assistance ( eco , tour , sport , turbo -dans le cas de Bosh) …

    • Floran Outan

      La puissance maxi délivrée durant certains pics de puissance nuit considérablement à l’autonomie… si elle permet de grimper un peu n’importe où, elle n’est pas conseillée pour les longues randonnées « sportives »…

      • http://mbf-france.fr/ Mountain Bikers Foundation

        C’est exactement ça ! Merci pour cette petit précision @floranoutan:disqus ;)

    • Lluis Arambilet Morales

      So clear! Thanks!

  • Emmanuel Danjou

    Les chemins du Soleil en VTT se déclinent en VTT électrique !
    Quelques propositions de parcours bis pour éviter les portages et portions très techniques, des indications sur le risque de panne et la consommation électrique du vélo, des points de recharges dans des restaurants ou autres prestataires d’activités…. On y croit et on y travaille activement avec GTA Move Your Alps

  • Jean Vincent Ladislas

    autour de Toulon : de plus en plus de groupes constitués jusque 8 à 10 VTTAE. je reste un peu inquiet, nous n’avions quasiment pas de problèmes de circulation; si la fréquentation de la foret devait augmenter, ça peut vite dégénérer… chasseurs en battue, propriétaires terriens finalement assez conciliants, j’ai peur de voir arriver les 1ers panneaux « interdit aux VTT »… avant on croisait 2 a 3 vététistes un samedi matin, aujourd’hui on sent que ça monte… tant que les vélos sont à 5000 €, ça calme, mais si baisse, moi, je vois ça mal finir. pourvu que je me trompe.

Ministère des sports
IMBA Europe
1% pour la planète
Nature et Découverte
J'agis pour la nature
Conseil Départemental 38
Santa Cruz
Trek
MTB Events
Origines Clothing
Dakine
Specialized
Moustache Bikes
Bosch
Shimano
Squirt
MAVIC
MB Race
Rockrider
DTSWISS
Tribe Sport Group
Race Compagny
Lapierre
Ho5 Park
Urge
Brake Authority
Pure Agency
Pep’s Spirit
Institut de Formation du Vélo
Moniteur Cycliste Français
A.S.O
Outdoor Sport Valley
Union Sport & Cycle

copyright Mountain Bikers Foundation - Tous droits réservés - Mentions légales

Conception site internet et