Calanques – Point sur le Vallon de la Jarre

Depuis notre article du mois de juillet, nous étions restés silencieux (mais pas inactifs comme vous allez le voir) sur le sujet du Parc des Calanques (PNC) dans l’attente d’un rendez-vous avec sa direction et de voir de quelle manière le parc allait orienter la mise en pratique de son schéma de cohérence des sports. Nous n’avons pas été déçu…

UN RENDEZ-VOUS STERILE

Nous avons eu notre rendez-vous avec la direction du Parc. Plus de 2 heures de stériles discussions. Le Parc campe sur ses positions avec les mêmes arguments qui sont plus proches du dogme que du droit et de la réalité du terrain. Nous sommes face à une position politique claire et même plus cachée : pour ses gestionnaires, le parc doit « être un lieu de quiétude et de contemplation incompatible avec une pratique engagée du VTT ».
Ce n’est pas faute d’avoir expliqué en long et en large que le VTT se pratique majoritairement sous la forme de randonnée comme celle pédestre ou à cheval, et que le fait de rouler sur des sentiers de terre non monotraces s’apparentent à du gravel ou du VTC et non à du VTT. Pour rappel, le VTT apparait dans le schéma des sports uniquement sous des formes spécifiques tel que l’Enduro ou le freeride mais est complétement absent de la partie randonnée, alors que c’est la forme de pratique la plus populaire (déni du PNC à reconnaitre l’existence du VTT comme un mode de randonnée traditionnelle et populaire).

Bref, ce n’est pas la peine de s’attarder davantage sur ce moment de statu quo. Ah si, nous oublions un élément ! Le Parc n’a pas trop bien perçu notre message sur le fait que la MBF n’hésiterait pas à utiliser la voie juridique (après 10 ans de médiation quand même, nous le rappelons à nouveau) en fonction des décisions qui seraient prises. Il ne manquerait plus que nous fassions respecter nos droits !

LE VALLON DE LA JARRE

10 SEPTEMBRE 2020 – UN ARRETE EST POSE

Pendant que nous tentions de laisser une dernière chance au dialogue, le Parc a posé un arrêté interdisant le VTT sur le secteur du Vallon de la Jarre (à l’exception de la DFCI le traversant) pour les motifs suivants :
– Pratique hors-sentier du VTT causant la fragmentation des écosystèmes
– Aménagements illégaux dégradant l’environnement
– Nécessité pour le parc d’effectuer des remises en état
– Fréquentation croissante de la zone qui aggraverait les 3 premiers points

proposition_annexe_carto_arrete_web

UNE IMPLICATION DES VTTISTES LOCAUX

A peine l’arrêté posé, nous avons été contactés par des VTTistes locaux qui s’inquiétaient de perdre leur (seul) espace de pratique à proximité de chez eux. Ils se sont rassemblés en un collectif et avec le support de MBF national, agissent en local.
Cette collaboration a permis d’émettre un recours gracieux à l’encontre de l’arrêté et des points ci-dessus. Nous le résumons ici :

  • Pratique hors-sentier du VTT causant la fragmentation des écosystèmes.

Pour qu’une restriction de la pratique soit justifiée, il faut que l’atteinte à la faune et à la flore soit documentée par une étude scientifique d’impact certaine, dont nous n’avons pas connaissance. Il convient à l’entité qui pose l’arrêté de fournir les preuves de son argumentation.
De plus, dans la formulation de l’arrêté, l’atteinte à la faune et la flore semble être le seul fait de la pratique VTT. Or, les chemins sur ce secteur existaient bien avant l’apparition du VTT et ces mêmes sentiers sont empruntés par des promeneurs, animaux, motos… En suivant le raisonnement du Parc si l’activité humaine est dommageable pour la faune et la flore alors toutes les activités (randonnée pédestre, trails…) doivent être concernées par l’arrêté. Dans le cas contraire et faute de démonstration scientifique de ce que seul le VTT dérangerait, l’arrêté à une portée discriminatoire.
De plus, il est à noter que du fait de son fonctionnement, le VTT est une activité protectrice de l’environnement car nous sommes par essence obligés de rester sur un sentier pour évoluer. Notre pratique ne nous fait pas pénétrer au sein des écosystèmes, nous restons sur le chemin.

  •  Aménagements illégaux dégradant l’environnement

La MBF ne cautionne absolument pas tous types d’aménagements ou d’équipements qui ne respecteraient pas la loi. Néanmoins, il convient à l’autorité du Parc de faire police sur ce sujet et de ne pas faire de quelques actes illégaux, même répétés, une généralité empêchant toutes pratiques cyclistes. En effet la majorité des VTTistes pratiquent le Parc dans une optique douce de randonnée, loin des pratiques engagées qui sont des cas isolés.

  • Nécessité pour le parc d’effectuer des remises en état

D’après la documentation photographique en notre possession, nous pouvons nous interroger sur le concept de remise en état. Les photographies font plutôt état d’une destruction des équipements illégaux (ce qui s’entend) de manière grossière et peu adapté à la préservation du secteur. Cela pose également question sur la perception que le Parc veut renvoyer au grand public quand il communique sur la sauvegarde de la biodiversité mais effectue en parallèle des remises en état au moins aussi impactante que les aménagements illégaux.

  • Fréquentation croissante de la zone qui aggraverait les 3 premiers points

Cet hypothétique accroissement de la fréquentation ne se fonde sur aucunes données objectives. S’il s’agit d’une augmentation globale de la population présente sur les lieux, toutes activités confondues, alors cela montre bien que le VTT n’est pas le seul agent de dégradation. S’il s’agit d’une corrélation avec la pression démographique urbaine proche, alors c’est un problème plus global résultant de la juxtaposition d’une zone Coeur de Parc avec la deuxième agglomération de France, et non un problème uniquement d’une catégorie d’usagers, en l’occurrence le VTT.

7 DECEMBRE 2020 – REJET DU RECOURS

Le Parc a rejeté notre recours et l’ensemble des recours que des VTTistes locaux avaient pu faire en leur nom propre.
L’ultime voie de médiation ayant été balayée par le Parc, la MBF n’a d’autre choix que de prendre un chemin qu’elle n’apprécie guère mais qui devient vital pour faire respecter notre droit constitutionnel d’aller et de venir à VTT sans discrimination : le chemin du tribunal.
La MBF et le collectif local Mountain Bike Phocéen sont en train d’établir avec l’aide d’avocats, un recours contentieux à destination du tribunal de Marseille.
Nous vous tiendrons bien sur informé de l’avancée du dossier.

SOUTIENS ET FUTURS

Il est important de comprendre que nous nous focalisons sur le Vallon de la Jarre, zone au final assez restreinte du Parc, d’une part pour défendre les VTTistes locaux mais surtout pour nous préparer à ce qui va suivre dans les prochains temps pour l’intégralité du Parc, la traduction en réglementation et arrêtés du schéma de cohérence des sports : l’interdiction totale de la pratique VTT dans le Parc National des Calanques (hormis les grands axes type DFCI, là encore nous faisons du VTT et pas du gravel ou du VTC).
Le Vallon de la Jarre est la première escarmouche, la vraie bataille qui se murmurait au loin est désormais de plus en plus proche.
Plus que jamais votre soutien est essentiel pour préserver nos espaces de pratiques. Que vous soyez un VTTiste pratiquant ce secteur ou un VTTiste ailleurs en France, ce combat est primordial. Si le Parc des Calanques réussit la mise en place de sa politique anti-VTT, d’autres lieux en prendront inspiration…
Plus que jamais votre soutien est essentiel car ce dossier est la triste preuve que malgré notre volonté de dialogue et de négociations permanentes, nous bénévoles, sommes poussés aux limites de notre engagement et nous n’avons d’autres choix que de recourir à des professionnels du droit (avocat, juriste…) dont l’expertise à un coût.

#EnsembleNousSommesPlusForts

  • Faites tourner l'info !
Ministère des sports
IMBA Europe
1% pour la planète
Nature et Découverte
J'agis pour la nature
Conseil Départemental 38
Santa Cruz
Trek
MTB Events
Origines Clothing
Dakine
Specialized
Moustache Bikes
Bosch
Shimano
Squirt
MAVIC
MB Race
Rockrider
DTSWISS
Tribe Sport Group
Race Compagny
Lapierre
Ho5 Park
Urge
Brake Authority
Pure Agency
Pep’s Spirit
Institut de Formation du Vélo
Moniteur Cycliste Français
A.S.O
Outdoor Sport Valley
Union Sport & Cycle

copyright Mountain Bikers Foundation - Tous droits réservés - Mentions légales

Conception site internet et